Accueil > Les conséquences sur la planète des gaz à effet de serre > Conséquences climatiques induites

Conséquences climatiques induites

Dernier ajout : 30 janvier 2014.

  • Indicateurs biologiques

    25 janvier 2014

    migration des écosystèmes :
    De manière simple, on peut définir les écosystèmes par leur température et plus encore par leur pluviosité. En supposant que tous les bouleversements climatiques cités plus haut se produisent, on comprend que partout sur Terre, les températures et la pluviosité seront modifiées entraînant un déplacement des écosystèmes ou leur disparition. Pour savoir quels endroits de la planète peuvent être les plus touchés par ce changement d’écosystème, il faut connaître les prévisions (...)

  • Fonte des glaces

    23 janvier 2014

    Les masses de glace concernées par le réchauffement climatique sont les glaciers alpins, les calottes polaires et la banquise.
    Les glaciers entrant dans cette catégorie sont les glaciers alpins, c’est-à-dire ceux ne se situant pas au Groenland et dans l’Antarctique. Afin de connaître l’évolution de ces glaciers, le World Glacier Monitoring Service, une organisation chargée de récolter des informations sur les glaciers, a listé 100 glaciers de référence répartis en Antarctique, Amérique du nord et (...)

  • Élévation du niveau des océans

    22 janvier 2014

    Avant 1992, le niveau de la mer était mesuré par des marégraphes le long des côtes continentales et de quelques îles. Le niveau des océans, en moyenne annuelle sur toute la planète, s’est élevé à un rythme de 0,7 mm/an entre 1870 et 1900, de 1,7 mm/an entre 1900 et 1970, de 2,0 mm/an entre 1970 et 1993. Mais depuis 1992, les mesures sont effectuées par des satellites qui ont précisés et rehaussés l’augmentation à 3,2 mm/an du niveau moyen global de la mer entre 1993 et 2010. On constate donc que depuis (...)

  • Modification de la circulation marine

    21 janvier 2014

    Le phénomène :
    Il existe deux types de courants marins :
    Les courants océaniques dits horizontaux comme le Gulf Stream ou le courant du Labrador, sont mus par la force des vents. Ils déplacent des masses d’eaux vers différents océans de la planète.
    Existe également les courant dont la circulation est verticale et s’établit entre la surface et les profondeurs. Leur mouvement est dû à la différence de température et de salinité (teneur en sel ) des différentes couches océaniques. L’eau froide est plus (...)

  • Modification de la circulation aérienne

    20 janvier 2014

    L’atmosphère est parcourue par des courants aériens, c’est-à-dire des zones concentrées de vents forts dus à des différences de pressions ou de températures. On les divise en courant horizontaux et verticaux.
    Courants jets ou jet-streams :
    Les courants-jets (jet Stream) sont des zones étroites d’air qui se déplacent très rapidement dans le haut de la troposphère. Ils sont dus au contact de l’air chaud et de l’air froid. On les observe aux frontières qui séparent les zones polaires et tempérés, et les (...)

0 | 5