Accueil > Les conséquences sur la planète des gaz à effet de serre > Conséquences climatiques induites > Indicateurs biologiques

Indicateurs biologiques

samedi 25 janvier 2014

migration des écosystèmes :

  • De manière simple, on peut définir les écosystèmes par leur température et plus encore par leur pluviosité. En supposant que tous les bouleversements climatiques cités plus haut se produisent, on comprend que partout sur Terre, les températures et la pluviosité seront modifiées entraînant un déplacement des écosystèmes ou leur disparition. Pour savoir quels endroits de la planète peuvent être les plus touchés par ce changement d’écosystème, il faut connaître les prévisions pluviométriques établies par les modèles climatiques. En 2100, les régions pouvant s’assécher de 150 mm/an d’eau sont le pourtour du bassin méditerranéen (dont la France), l’Amérique Centrale, le sud du Chili et le sud de l’Australie [1] . Ces régions risquent donc de passer à des climats plus arides.
  • Au contraire, le nord-ouest de l’Amérique du sud, la région du Lac Victoria en Afrique, l’Himalaya, l’Indonésie ou la côte sud de l’Alaska pourraient bien voir leurs précipitations annuelles augmenter de 150 mm par an. Les climats tempérés pourraient se déplacer vers l’intérieur de l’Europe et laisser la place à des climats plus arides. Les climats tropicaux pourraient s’étendre au-delà des tropiques.

migration des espèces :

  • Les espèces végétales (comme les espèces animales) ne sont souvent adaptées qu’à un seul ou quelques climats, celui ou ceux où elles vivent. Le déplacement des aires dites favorables de chaque espèce peut entraîner deux phénomènes :
    - Soit l’aire favorable se déplace lentement et les espèces végétales peuvent la suivre en entamant un processus de migration où chaque nouvelle génération de l’espèce suit le déplacement de l’aire favorable.
    - Soit le déplacement de l’écosystème est trop rapide ou la vitesse de reproduction de l’espèce trop lente pour pouvoir suivre. Et là, l’espèce disparaît car elle se retrouve piégée dans un environnement qui ne lui est pas adapté où elle ne peut subsister [2] .
  • Par exemple, la vigne est un végétal cultivé par les Hommes, elle est donc surveillée et ses aires de répartition (là où l’espèce peut potentiellement se développer) sont connues. On constate donc que les vignes poussant auparavant seulement dans le bassin Aquitain, donc en France sont désormais aptes à pousser plus haut, en Angleterre. Leur aire favorable s’est donc déplacée. Cet exemple illustre donc le déplacement des écosystèmes.

évolution de la période de maturité des espèces agricoles :

  • La maturité des plantes dépend également de la température et de la pluviosité. On peut ajouter une variante importante, la concentration en CO2, dont l’enrichissement dans l’atmosphère pourrait avoir un effet bénéfique sur la croissance des organismes végétaux. La maturité des plantes pourra donc avancer ou reculer selon l’ensoleillement : il faut savoir si la plante a besoin ou ne supporte pas la chaleur et un fort ensoleillement. Selon la pluviosité : si la plante ne reçoit plus assez d’eau ou trop d’eau, la maturité pourrait reculer, mais au contraire chez certaines plantes, recevoir de plus grandes quantités d’eau permettra au contraire une croissance plus rapide. Enfin, les régions où la concentration en CO2 augmentera le plus, les plantes pourront connaître une maturité plus précoce.
  • Le changement climatique peut amener chaleur et humidité dans certaines régions et créer ainsi des conditions favorables aux développement de certains micro-organismes. Ces micro-organismes, pouvant être, en autre, des champignons et des microbes, sont vecteurs de maladies pouvant décimer les espèces non-adaptées à leur présence. Certains insectes comme les criquets, dont les nuées ravagent les végétaux sur leur passage, pourraient également coloniser de nouvelles zones et mettre en danger plantes et animaux.

Portfolio

Evolution des précipitations mondiales entre la période 1980-1990 et (...) Aire favorable aux hêtres en 2000 Aire favorable aux hêtres en 2100

Notes

[1voir portfolio 1

[2voir portfolio 2&3