Accueil > L’effet de serre : principale cause du changement climatique > Les gaz à effet de serre > Le dioxyde de carbone ou gaz carbonique (CO2)

Le dioxyde de carbone ou gaz carbonique (CO2)

mardi 3 décembre 2013

  • Il est responsable d’environ 60% de l’effet de serre anthropique. Il y a bien sûr des émissions naturelles comme la respiration des plantes ou des animaux, la putréfaction, les incendies naturels, etc. Actuellement, le développement de l’habitat et des transports contribue de plus en plus aux émissions de CO2. Chaque année les activités humaines relâchent de gigantesques quantités de CO2 dans l’atmosphère, si bien que sa concentration moyenne dans l’atmosphère du globe a augmenté de 41% depuis la première révolution industrielle. Sa durée de vie dans l’atmosphère est de 100 ans.
  • Ces émissions de CO2 proviennent principalement de :

La combustion directe des énergies fossiles (charbon, pétrole) :

  • Le pétrole représente environ ¾ des énergies fossiles. Il est dû à l’accumulation de matière organique (essentiellement du plancton) et végétale, mais aussi de la maturation des hydrocarbures ainsi que son emprisonnement. D’abord, une petite partie de matière "morte" sédimente : elle s’enfouit au sein de la matière minérale. Au fur et à mesure, la "roche-mère" ou "roche source" croit en température et en pression, la matière première se transforme en kérogène (matière organique précédant le pétrole). Si la température devient suffisante, au moins 50°, et si le milieu est réducteur (pauvre en oxygène), le kérogène sera pyrolysé (décomposition d’un composé organique par la chaleur sans flamme pour éviter l’oxydation ou combustion) lentement. Suite à cette pyrolyse, le kérogène produit du pétrole ou des gaz naturels (mélange d’hydrocarbures).
  • Il représente la première source d’énergie primaire à l’échelle planétaire, (un tiers de l’énergie mondiale) avec 85 millions de barils consommés chaque jour avec le secteur des transports qui est entièrement dépendant des produits pétroliers. Ce type de pétrole (diesel) est également utilisé massivement dans le chauffage individuel à travers le fioul [1] domestique. Les résidus de la distillation du pétrole brut donnent des produits lourds comme le fioul lourd, les lubrifiants ou le bitume. Rien ne se perd dans la colonne. Les gaz extraits en haut de la colonne de distillation servent à la production des caoutchoucs, via le butane. Le propane commercial, mis en bouteille sous pression, est également un excellent combustible, très utilisé pour le chauffage. Bien moins connus, les sous-produits obtenus lors du raffinage du pétrole servent également dans la fabrication de produits agrochimiques, de matières plastiques (bouteilles, sacs), de matériaux de construction, de peintures, de détergents, etc... Chacun de nous consomme, chaque jour, du pétrole ou un de ses dérivés.
  • La formation du charbon s’est essentiellement produite au cours de la période du Carbonifère, entre -360 et -290 millions d’années. Il provient de la décomposition dans l’eau de matières végétales mortes ressemblant à d’immenses fougères préhistoriques. Leur décomposition a entraîné la perte de leurs atomes d’oxygène et d’hydrogène. Le dépôt final conserve par conséquent une forte teneur en carbone. La compression des couches sous-jacentes a finalement durci ces dépôts successifs, créant les veines de charbon que l’on connaît actuellement. Les énergies fossiles que nous utilisons aujourd’hui se sont façonnées sur plusieurs dizaines de millions d’années.
  • A eux deux, le charbon et le pétrole représentent 81% de l’énergie produite, ils sont donc nécessaires au développement de tous les pays. Mais ils sont également de grands émetteurs de CO2, étant fortement utilisés, cela entraîne donc l’émission de grandes quantités de ce gaz à effet de serre [2] .

La déforestation et dégradation des sols :

  • Elle représente environ ¼ des émissions de CO2. La concentration en CO2 dans l’atmosphère atteint un niveau records inégalé depuis 700 000 ans, ayant pour conséquence un réchauffement rapide à l’échelle de la planète. Tandis que les pays développés sont les principaux responsables de l’émission de CO2 rejeté par la combustion d’énergie fossile, ce sont les pays émergents et en développement qui émettent le plus de CO2 lié à la déforestation et à l’exploitation des forêts (le Brésil et l’Indonésie sont responsables de 60% de cette déforestation) [3].
  • En moyenne, la superficie des forêts tropicales, les plus menacées, diminue de 5 à 10% chaque décennie :
    - Plus précisément, la forêt primaire africaine a perdu 80% de sa superficie lors du XXème siècle.
    - De 1990 à 2005, la forêt Indonésienne a perdu 30% de sa surface.
    - La forêt Amazonienne,qui est le plus grand domaine forestier au monde, épargné jusqu’en 1970, à désormais perdu 1/6 de sa superficie en 40 ans.
  • La déforestation des forêts permet d’augmenter la taille et le nombre de surface exploitables. Les forêts sont soit brûlés afin de fertiliser les sols :culture sur brûlis pour planter des cultures et pour élever du bétail. Soit les arbres sont coupés dans le but d’une revente du bois.
  • Les pays se trouvant dans des régions tempérés ne participent pas à cette déforestation. Leur espaces forestiers sont même en augmentation. En Europe la forêt s’étend de 66 000 Km² en dix ans, soit 0,7% . La Chine est le pays participant le plus à la reforestation.

Portfolio

Source d'émission Fioul Combustion d'énergies fossiles Dégradation des sols

Notes

[1voir portfolio 2

[2voir portfolio 3

[3voir portfolio 4