Accueil > L’effet de serre : principale cause du changement climatique > Les gaz à effet de serre > Les halocarbures : des gaz industriels (HFC, PFC, SF6)

Les halocarbures : des gaz industriels (HFC, PFC, SF6)

mardi 3 décembre 2013

  • Ils entraînent environ 15 % de l’effet de serre additionnel. Ils sont entièrement synthétiques et n’existent pas à l’état naturel : ce sont des hydrocarbures dont tout ou partie des atomes d’hydrogène a été remplacé par un ou plusieurs atome(s) de gaz halogène (fluor F, chlore Cl, brome Br et astate At). Les halocarbures ont des durées de vie et un potentiel de réchauffement global extrêmement élevés. Par exemple, le tétrafluorométhane (CF4) peut résider jusqu’à 50 000 ans dans l’atmosphère et a un potentiel de réchauffement 5 700 fois plus élevé que le CO2.
  • Ces émissions de halocarbures proviennent principalement des :

Système de réfrigération :

  • Les émissions de ce type surviennent essentiellement lors des fuites et et de la mise à la décharge des systèmes de climatisation.

Aérosols :

  • Les fameux CFC, composants des bombes aérosols, constituent une sous-famille devenue célèbre des halocarbures [1] . Le Protocole de Montréal a décidé leur éradication progressive car, en plus d’être de puissants gaz à effet de serre, ils sont aussi responsables de la diminution de l’ozone en haute altitude.

Certains procédés industriels :

  • On retrouve également les halocarbures dans l’industrie électronique et informatique( composants d’ordinateurs ou de téléphones portables) ou lors de la fabrication de mousses isolantes et plastiques. De plus, la fabrication d’aluminium comporte du fluor entraînant l’émission de PFC.

Portfolio

Halocarbures aérosols

Notes

[1voir portfolio 2