Accueil > L’effet de serre : principale cause du changement climatique > Les gaz à effet de serre > Protoxyde d’azote ou oxyde nitreux (N2O)

Protoxyde d’azote ou oxyde nitreux (N2O)

mardi 3 décembre 2013

  • Il provoque environ 5 % de l’effet de serre additionnel. Sa concentration a augmenté de 20% depuis 1750, et il a un pouvoir radiatif environs 300 fois plus élevé que le CO2. Sa durée de vie dans l’atmosphère est de 120 ans.
  • Ces émissions de N2O proviennent principalement de :

La fertilisation artificielle des sols :

  • Les engrais synthétiques et les pesticides utilisés par les agriculteurs contiennent du protoxyde d’azote [1] . Lors de la pulvérisation, les engrais contaminent les sols et peuvent atteindre les nappes phréatiques. Puis par l’évaporation, ils se retrouvent dans l’atmosphère.

L’utilisation de combustibles fossiles :

  • La combustion de n’importe quel combustible fossile engendre des émissions de N2O : les émissions stationnaires de N2O proviennent des centrales thermiques à charbon. Les émissions mobiles, sont souvent causées par l’utilisation de voitures et de camions à des fins de transport de gens et de marchandises, lors de la combustion de carburants [2] . L’emploi de filtres catalyseurs installés sur le pot d’échappement des voitures ne parvient pas à régler le problème puisque c’est un gaz à effet de serre puissant qui peut conserver presque 300 fois plus de chaleur que le CO2.

La décomposition organique :

  • Le protoxyde d’azote peut être naturellement produit par la décomposition de l’azote organique contenu dans les excréments d’animaux. Ainsi, l’élevage est l’un des principaux producteur, tout simplement parce qu’elles ne veillent pas à une gestion appropriée du fumier.

Portfolio

Protoxyde d'azote Du NO2 dans l'agriculture producteur mobile de NO2

Notes

[1voir portfolio 2

[2voir portfolio 3